La légende

Qui était Jeanne d'Arc ? (Brève bibliographie)

 

Jeanne d'Arc (Jehanne dArc, La Pucelle) est née le 6 janvier 1412 à Domrémy en Champagne, France ; c'était la plus jeune des cinq enfants de Jacques et Isabelle D'arc. Déjà enfant elle fut connue (et ridiculisée parfois) pour sa piété, sa générosité et bonté. Pour la plupart des gens, elle était une jeune fille typique, jusqu'à ce qu'elle commence à entendre les « voix » - particulièrement ceux de lArchange Michael, Rue Catherine d'Alexandrie et rue Margaret d'Antioche, qui lui conseillaient principalement d'être bonne. Plus elle vieillissait plus les voix devenaient insistantes. Au final, en mai 1428 elles lui dirent qu'elle devait aller voir le Dolphin (Charles VII) et laider à reprendre le pays (Le duc de Bourgogne avait conspiré avec le roi de l'Angleterre contre Charles). Ces même voix lui confièrent quelles stratégies militaires à adopter contre les anglais. À contrecoeur, elle finit par suivre les instructions. Cependant, accompagné par sa piété et sa persistance, et accompagnée de six hommes, elle se rendit à Chinon et fut reçue par Charles le 9 mars 1429. Après avoir obtenu l'approbation de l'archevêque de Reims, Joan put mener l'armée du dauphin. Rassemblés derrière sa bannière blanche , les soldats ont commencé à remporter des victoires qui ont été perçues comme miraculeuses. L'Orléans à été libérée en a peu près une semaine. En juillet Charles fut couronné Roi de France avec Jeanne, debout à ses côtés dans son armure. En récompense de ses services, le roi lui accorda à elle et à sa famille le statut de noble. Cependant la guerre traîne. Le Roi se lasse de Jeanne qui pourtant continue à batailler vaillamment sur les champs de batailles. Cette fois-ci, les choses ne se sont pas bien déroulées. Elle est capturée le 23 mai 1430 et livrée aux anglais, qui lui intentent un procès pour sorcellerie et hérésie. Elle est condamnée à être brûlée le 30 mai 1431. Vingt-cinq ans plus tard, en 1456, elle est innocentée et déclarée martyre. On décreta que le procès original était frauduleux, corrompu, usait de procédures illégales et de lintimidation des procureurs et de la partie défensive. La « bonne de Orléans " fut béatifiée en 1909 et canonisée le 16 mai 1920.